Archive

Posts Tagged ‘Juttner’

Une distinction

27 septembre 2009 4 commentaires

gjPas de question plus difficile, plus compliquée, et finalement plus douloureuse que celle qui concerne l’organisation des systèmes éducatifs. Encore faut-il souligner que celle-ci n’incombe ni aux professeurs, ni aux parents d’élèves, et encore moins aux élèves eux-mêmes. Elle relève de la responsabilité des administrations d’état, qui s’en débrouillent comme elles peuvent, les pauvres!

Sans doute n’est-il pas inutile que les principaux intéressés donnent leur sentiment quelquefois, et éclairent – ou tentent d’éclairer ainsi les décisions des politiques. Mais ces décisions devront être prises en fonction de bien d’autres considérations qui nous échappent. Et je n’en conclus nullement que les acteurs directs des systèmes éducatifs doivent s’abstenir de s’exprimer, mais seulement qu’il serait sage qu’ils le fassent de leur propre point de vue, qu’ils aient à cœur de témoigner de leur propre expérience de la manière la plus honnête et la plus précise, sans trop se préoccuper de savoir si leur témoignage « va dans le bon sens » (comme on disait à l’époque stalinienne) ou dans celui qui ne le serait pas.

Aussitôt qu’il s’agit de l’école, c’est l’esprit de sérieux qui domine, hélas! On parle d’égalité, de droits et de devoirs. Tandis que dans les cours de récréation, dans les couloirs de collèges et devant les tableaux noirs, les vraies questions qui se posent sont celles du désir, de la dépression et de la joie.

Georges Juttner, pédopsychiatre, psychanalyste et président de l’association Ars legendi, est l’un des rares professionnels que je connaisse à parler de l’école et dans l’école avec humour, en se préoccupant d’abord du bien-être de l’enfant à l’intérieur du groupe, et à aborder toujours la question des apprentissages sur le versant du jeu.

Il s’adresse aux professeurs et aux parents de telle manière que ceux-ci se sentent quelque peu déchargés du terrible poids de culpabilité qui leur incombe. Et, à tous les coups, c’est l’enfant le plus fragile, le plus souffrant, qui tire avantage de cette opération!

Ceci pour dire que le nouveau ministre, Monsieur Luc Chatel, a été bien inspiré de nommer notre ami au grade de chevalier dans l’ordre des Palmes académiques, consacrant ainsi son « engagement remarquable au service de l’Education nationale ».

C’était en date du 4 septembre. Et Monsieur Chatel agissait sur proposition de son prédécesseur.

Toutes nos félicitations au récipiendaire – mais aussi à celui qui le reçoit!

Publicités

Soir de juin

13 juin 2009 1 commentaire

gjHier soir, l’association Ars legendi, gestionnaire de l’atelier Voix Haute, a tenu son assemblée générale bi-annuelle au cabinet de son président, M. Georges Juttner. Je n’ai pas encore compris comment nous nous sommes débrouillés pour tenir tous dans son bureau, qui paraît prévu pour accueillir une seule personne à la fois. Nous devions être une bonne vingtaine, si mon compte est exact, il faisait chaud et d’autres nous attendaient en bas, sur le trottoir. Je remercie de leur présence, en particulier, Mme Mondeux, directrice de l’école Nazareth, M. Chastang, directeur de la Fondation Don Bosco, et M. Berthier, directeur de l’Alliance Française de Nice.

Puis l’assemblée générale se transforma en CA, puis encore en jury de CAFAVH. Quelqu’une obtint son certificat (c’était Laure, avec laquelle j’adore travailler), et une autre fut admise à entrer en stage annuel (c’est Aurélie, avec laquelle je me propose de d’élaborer un programme de calcul mental à ajouter à nos pratiques habituelles). Puis ce fut un dîner de 26 couverts, à un angle du boulevard Gambetta, devant le square Alsace-Lorraine où la table était longue, où il faisait plus chaud encore mais où la parole circulait avec une aisance merveilleuse.

Quelqu’un peut-il entrer en formation CAFAVH s’il n’habite pas Nice, ni sa région? Voilà la nouvelle question pour notre atelier, à laquelle je ne doute pas que nous trouvions ensemble une réponse adaptée.

Voix Haute envisage ceraines formes de labellisation qui permettront une diffusion de sa méthodologie au-delà du décor niçois qui nous fait ressembler tous terriblement à des personnages de Patrick Modiano illustré par Sempé. Il en sera beaucoup question dans les mois qui viennent. Prochaine date à ne pas manquer: le 7 août

Catégories :Chroniques Étiquettes : , ,

Dolto & Juttner sur France5

20 novembre 2008 1 commentaire

Georges Juttner a été, avec Alain Bentolila, l’un des tout premiers à s’intéresser à la méthodologie des ateliers de lecture que j’ai commencé de formaliser dans les années 2003-2004 sous le nom de « Voix Haute ». Responsable du Centre Médico-Psychologique du Carret, à Nice, il a fait accueil à l’un de ces ateliers dont il a défini lui-même le protocle institutionnel et qu’il a intitulé la « Bibliothèque verte ».
Depuis, il est devenu président de l’association Ars legendi qui administre l’atelier Voix Haute. Il intervient régulièrement dans nos formations.
Pour ceux qui ont la chance comme nous de le connaître et de le côtoyer, il est clair que la parole de Georges Juttner vient de loin. Qu’elle s’appuie sur une longue et vigilante expérience de pédopsychiatre, mais qu’elle est porteuse aussi d’un héritage de haute lignée. Celui de la figure la plus emblématique sans doute de la clinique française. Je veux parler de Françoise Dolto avec laquelle il a travaillé de 1978 à 1988.
France5 rend hommage à Françoise Dolto dans une série documentaire réalisée par Arnaud de Mezamat. Georges Juttner est le témoin choisi pour le troisième épisode de cette série intitulée « Françoise Dolto parle… de la psychanalyse ». Cela nous vaut un documentaire précieux qui sera diffusé le mardi 25 à 21.40. Ne manquez pas ce rendez-vous. La fiche détaillée de la production est accessible ICI.

Catégories :Chroniques Étiquettes : ,