Archive

Posts Tagged ‘Eco’

!Mi escuela, mi escuela!

15 novembre 2009 3 commentaires

picassoJe reconnais le m@p. Le concept est bien celui que j’ai inventé, le déroulement des pages correspond au schéma méthodologique que j’ai mis au point et illustré au fil de plusieurs années de travail. Mais cette fois, ce n’est pas moi qui ai choisi le texte, ni moi qui ai écrit le scénario du film qui l’adapte, le met en scène, nous le donne à lire, à entendre, à redire et à apprendre. Et d’ailleurs tout ceci se passe dans une langue (l’espagnol) que je n’ai jamais apprise encore qu’on me l’ait parlée lorsque j’étais enfant. Et s’adresse d’abord à des élèves qui ne sont pas français mais allemands!

Surprenant, is not it? Et comment en sommes-nous arrivés à cela?

Ce m@p est un cadeau d’Alice Ayel. Je n’ai jamais rencontré cette jeune femme que sur la toile, mais les outils du Web 2.0 nous permettent d’être en correspondance assez étroite et voici ce que j’ai pu apprendre la concernant:

Elle est née à Châtenay-Malabry, elle a passé son bac scientifique à Paris, puis elle a fait une année de classe préparatoire HEC au lycée Lavoisier. Elle est partie ensuite étudier en Angleterre où elle a obtenu une licence de commerce. Avec cette licence en poche, elle a passé quelques années à enseigner le français et l’anglais en Espagne, à Saragosse, dans une académie de langues. Puis elle est repartie en Angleterre, à Leicester, pour obtenir un diplôme de professeur du secondaire. Elle a enseigné le français pendant six ans à Leicester. Et, depuis août 2009, elle enseigne le français et l’espagnol dans une école internationale qui s’appelle Thuringia International School à Weimar.

Si vous voulez en savoir davantage sur cette passionnée de linguistique et de pédagogie, si vous voulez suivre son actualité, rendez-vous sur le blog qu’elle tient (en anglais) à l’adresse Alice’s Posterous.

Je la remercie donc de m’avoir fait découvrir un auteur – Gloria Fuertes – dont l’écriture est si simple et si fine que, comprenant le sens général de son poème, je me garderai de le traduire mot à mot. Et je vous invite à courir aussitôt à la joie de son m@p qui est ICI.

Il est curieux et hautement réconfortant de noter que cette publication d’un m@p espagnol pensé (d’abord) pour des étudiants allemands, intervient à quelques jours du 20e anniversaire de la chute du mur de Berlin, et en plein débat sur l’identité française. Je ne voudrais surtout pas polémiquer sur des sujets aussi sensibles – mais citer tout de même la belle formule d’Umberto Eco selon laquelle « La langue de l’Europe, c’est la traduction ». Et indiquer que cette formule se trouve en tête d’un article récent de Leyla Dakhili, intitulé « Le multilinguisme est un humanisme » paru sur le site La vie des idées.

Une honnête proposition pour finir: Je dispose de 8 invitations pour Google Wave. Si certains d’entre vous souhaitent créer un compte pour tenter l’expérience, qu’il m’écrivent.

Bon dimanche,

Christian J.

Publicités
Catégories :Chroniques, La Lettre de VH Étiquettes : , , ,