Accueil > Chroniques, L'école comme Méduse > Pourquoi 55 minutes plutôt que rien?

Pourquoi 55 minutes plutôt que rien?


Vos cours, dans le secondaire, dureront 55 minutes. Voilà la peine éternelle à laquelle nous avons été tous condamnés. Pourquoi? L’histoire l’explique mais ne le justifie pas. Pourquoi pas des cours parfois de plusieurs jours? Pourquoi pas une semaine de mathématiques? Pourquoi pas un simple entretien de 10 minutes avec le professeur de français cette semaine? Il donnerait quelques conseils de lecture cette fois seulement… Mais non, 55 minutes, c’est comme ça… Et puis l’administration étalera bien minutieusement les différentes séances de 55 minutes dans la semaine. Une chaque jour, ou une tous les deux jours, voilà qui est parfait, c’est « plus pédagogique » – ce que l’administration appelle « pédagogique » est un univers ténébreux.

Allez passer une journée dans une classe de seconde. Je l’ai fait l’an passé. Vous venez à 8 heures. Une heure de français. Une heure d’anglais. Récréation. Une heure de permanence particulièrement fatiguante à cause de l’oisiveté et du bruit. Une heure de physique à laquelle je n’ai rien compris. Une heure trente pour faire la queue à l’entrée de la cantine et manger de la brandade de morue. Une heure de français à nouveau. Une heure de SVT. Pour finir, langue vivante 2 (allemand ou espagnol) par groupes. Je ne sais plus à quel moment précis j’ai complètement arrêté d’écouter ce que mon collègue, sur l’estrade, disait, mais je sais que c’était encore le matin. Après, j’ai fait des petits dessins sur les feuilles qu’on nous distribuait – des dessins pas très beaux. Et pourtant, Dieu sait que mes collègues n’ont pas été mauvais ce jour-là. Parce qu’ils sont plutôt bons dans cette classe globalement. Et parce que j’étais là: c’était une démonstration. Je suis rentré chez moi épuisé, avec un sentiment de vertige nauséeux. Tous ceux qui ont fait ça et qui m’en ont parlé ont eu une impression du même type. Tout le monde le sait. Mais on garde les 55 minutes. 55 minutes, c’est « plus pédagogique ».

Je pourrais chercher des explications. Il y en a. Il faut bien qu’on puisse compter les heures des profs. Il faut bien qu’on ait le temps de faire toutes ces disciplines… Et puis il faut bien que tout le monde souffre un peu pour que ça ressemble à une école! « Et moi, quand j’étais gosse, c’était pas mieux, et je m’en suis pas plus mal sorti. » Ne nous attardons pas sur des explications aussi attristantes, d’autant que cela reviendrait à masquer l’absurdité flagrante de cette situation.

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :