Accueil > Grammaire > De beaux avantageux

De beaux avantageux


Il m’est souvenu hier que ma mère qualifiait quelquefois tel homme qui la faisait sourire de « bel avantageux ». Mon Nouveau Petit Robert 1, édition de 1993, atteste de cet usage de l’adjectif AVANTAGEUX, entendu depuis le XVIe au sens de « Qui tire vanité des avantages qu’il possède ou qu’il s’attribue. => fat, orgueilleux, présomptueux, suffisant, vaniteux. ‘un pédant avantageux’ (Duham). – Un air, un ton avantageux. »

Ceux qu’elle qualifiait ainsi étaient des hommes grands et élégamment vêtus, dont elle aurait pu dire aussi bien qu’ils « portaient beau » et au charme desquels elle n’était sans doute pas tout à fait insensible. Il faut dire que mon père est petit, comme je le suis moi-même, un mètre soixante-cinq, soit la taille du bon Guillaume Apollinaire, et comme l’était le père de ma mère, maréchal-ferrant, ainsi que la plupart des hommes de notre famille, mélange de napolitains et de catalans transportés en Algérie.

Les « beaux avantageux » venaient de France, le plus souvent. Ils étaient d’une autre race, ils affichaient une autre opinion d’eux-mêmes. Plus tard, je suis devenu instituteur à Nice où nous avions repris pied, et j’ai eu affaire à ce type de beaux hommes doublés de pédants qui paraissent, partout où on les rencontre, essoufflés, de passage, étonnement distraits, comme en attente d’accéder à de plus hautes sphères auxquelles une fée marraine les aurait promis en se penchant sur leur berceau.

La classe politique est richement pourvue de beaux avantageux. L’ancien président de la République, M. Jacques Chirac et son premier ministre, M. Dominique de Villepin rappellent, par leurs silhouettes, les statues de pierre qui ornent nos églises. Ce n’est pas le cas de l’actuel président, qui est à la fois petit et, selon sa propre expression, de « sang mêlé ». La plupart de ses adversaires s’abstiennent d’évoquer ses origines, du moins publiquement, mais il en est bien peu qui résistent à la tentation de railler sa petite taille.

Publicités
Catégories :Grammaire
  1. OLD
    19 mai 2009 à 18:43

    Pour ma part, même s’il est difficile d’éviter cette bassesse, je préfère déplorer l’absence de hauteur d’esprit…

  2. MRG
    20 mai 2009 à 16:51

    Bah, je trouve que tu ferais toi-même un assez beau saint Pierre au portail d’une cathédrale de la douce France…

  3. 20 mai 2009 à 17:23

    Une place de santon à la crèche, en costume de maréchal-ferrant, serait un honneur davantage à ma mesure, et sans doute à mon goût…

  4. MRG
    21 mai 2009 à 08:06

    Eh, je le sais bien, je connais quelques uns de tes fantasmes mais tu me pardonneras de continuer à te trouver plus convaincant en saint Pierre, qui n’était après tout qu’un pêcheur, qu’en maréchal-ferrant 🙂

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :