Accueil > Chroniques > Pour un feuilleton documentaire

Pour un feuilleton documentaire


Je suis admiratif – et très envieux du feuilleton documentaire en 10 épisodes que diffuse Arte.tv du 6 au 17 avril à 20:00 sous le titre Les aventures culinaires de Sarah Wiener. Admiratif, parce que les adolescents invités montrent beaucoup de sérieux dans l’accomplissement des tâches d’apprentissage qui leur sont proposées, sans qu’on puisse douter qu’ils en tirent une haute satisfaction, qui tient à la qualité du savoir que l’adulte leur transmet, mais aussi à la beauté du lieu (une ferme varoise, si j’ai bien compris) où se déroule l’expérience. Et très envieux, parce que je ne connais rien d’équivalent qui ait été tenté en matière d’apprentissage de la lecture et de la langue, alors que nos ateliers Voix Haute ont tellement à montrer [+].

Il est difficile – presque impossible sans doute d’imaginer que des enfants et des adolescents soient volontaires pour se retrouver pendant des périodes de vacances et partager un plaisir de lecture qui s’exerce sur des textes aussi exigeants que, par exemple, ce poème de Pierre Reverdy, intitulé Fétiche, que nous avons emporté à Marseille voici peu.

Pour qu’un tel prodige se réalise, la volonté de l’adulte, son enthousiasme ni son talent ne sauraient suffire. L’expérience d’un atelier Voix Haute repose sur l’invention du Moulin à paroles (M@P), dont la mise en œuvre elle-même est rendue possible par l’utilisation du vidéoprojecteur. Sans le grand écran où le texte se projette, jamais les interactions à l’intérieur du groupe ne seraient si nombreuses et si vives.

Les lecteurs de Voix Haute rentrent ensemble dans le poème comme ils ont l’habitude de le faire dans l’espace filmique. Encore cela doit-il se faire dans un lieu équipé, où l’on puisse se tenir debout, se déplacer devant le texte, montrer du doigt les mots qui le composent. Et cela nécessite aussi que l’on dispose d’un assez long loisir pour que puisse se créer de nouvelles habitudes. De nouvelles libertés face à l’œuvre littéraire et aux images qui l’illustrent.

Nous intitulons la Balle au bond nos stages d’une semaine. Invitons quinze enfants dans un lieu choisi pendant une semaine, équipons ce lieu du matériel nécessaire, et permettons à la petite bande de vivre l’expérience d’un atelier de lecture partagée sous l’œil de caméras. Nous révèlerons ainsi une scénographie propre à renouveler les pratiques quotidiennes de l’école et du collège.

Voir Les Zanimaux zaussi.

Publicités
Catégories :Chroniques
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :